Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #plantes comestibles tag

L'Oeil Vert à la fête du livre à saint bauzély le 8 octobre 2017

Publié le

Cette année l'Oeil Vert participe à la JOURNEE DU LIVRE organisée par le Syndicat mixte Leins-Gardonnenque. Nous proposons deux balades dans le village (à 10h30 et 14h), à la rencontre des plantes qui s'invitent dans l'espace urbain, et une conférence vers 15h15 intitulée "des pissenlits sur mon trottoir?" Nous espérons vous rencontrer nombreux à cette occasion ! Merci d'en parler autour de vous.

L'Oeil Vert à la fête du livre à saint bauzély le 8 octobre 2017
L'Oeil Vert à la fête du livre à saint bauzély le 8 octobre 2017L'Oeil Vert à la fête du livre à saint bauzély le 8 octobre 2017

Voir les commentaires

inscriptions pour les sorties de découverte des plantes sauvages comestibles avec le CIVAM du Vidourle

Publié le

Le CIVAM du Vidourle organise cet automne et au printemps prochain des sorties de découverte des plantes sauvages utiles et comestibles, en partenariat avec l'Oeil Vert. Françoise Lienhard, qui enseigne la botanique à l'Université Populaire du Grand Alès, animera l'ensemble de ces sorties. 

Ces activités ayant toujours un grand succès, il vous est conseillé de vous inscrire dès à-présent en utilisant le formulaire disponible ICI

inscriptions pour les sorties de découverte des plantes sauvages comestibles avec le CIVAM du Vidourle

Voir les commentaires

Balades parmi les plantes des rues

Publié le

 

Le Syndicat mixte des Nappes Vistrenque et Costières organise en mai, dans plusieurs communes des balades pour découvrir et mieux connaître ces plantes que l’on nomme à tort des «mauvaises herbes». Depuis le 1er janvier de cette année, la loi oblige les communes à ne plus utiliser de pesticides (désherbants, insecticides, anti-mousses et champignons, etc.) nuisibles pour la santé comme pour l’environnement. La verdure et les plantes sauvages refont donc surface dans les rues, les parcs et les cimetières.

Ces plantes qui aujourd’hui dérangent certains, étaient pourtant depuis la nuit des temps les compagnes des humains qui les ont utilisées tant pour le repas que pour les soins de bien être ou comme remèdes contre diverses pathologies. Les plantes rudérales ont aussi servi, et servent encore à de nombreux artisans : vanniers, teinturiers, tanneurs, et autres.

Françoise Lienhard, naturaliste et animatrice à l'association l'Oeil Vert, enseigne la botanique à l'Université Populaire du Grand Alès. Elle vous accompagnera le long des rues des villages de la Vistrenque et des Costières pour vous parler de ces plantes aussi étonnantes que précieuses.

 

Pour participer à ces sorties inscrivez vous au Syndicat Mixte des Nappes Vistrenque et Costières par téléphone au n° 07 86 41 64 79

Ou via le formulaire en ligne 

Balades parmi les plantes des rues

Voir les commentaires

Des bourgeons floraux prometteurs

Publié le

Une devinette qui s'adresse à tous les passionnés de nature, et aux amateurs de fruits sauvages comestibles : hier, 21 février, ces bourgeons floraux étaient prêts à éclore au bord du Teulon, dans le bois des Lens (30). De quel arbuste sont-ils l'ornement ? Et quels fruits vont-ils donner ?

 

Des bourgeons floraux prometteurs

Voir les commentaires

Plantes utiles et comestibles avec le CIVAM du Vidourle : Les pâquerettes, ça se mange !

Publié le

Quelques plantes utiles et comestibles que nous avons rencontrées à Souvignargues

Quelques plantes utiles et comestibles que nous avons rencontrées à Souvignargues

Plantes utiles et comestibles avec le CIVAM du Vidourle : Les pâquerettes, ça se mange !

Le CIVAM du Vidourle organise depuis plusieurs années, en partenariat avec l'association l'Oeil Vert, des sorties et des ateliers permettant de découvrir les plantes utiles et comestibles qui poussent à l'état sauvage dans notre région.

Pour connaître les activités proposées par le CIVAM consulter leur site

Voir les commentaires

Devenez abeille et fabriquez votre "miel de pissenlit" -recette de cramaillotte

Publié le

Bien sûr c'est une blague car rien ne peut remplacer l'abeille ! Mais c'est le bon moment, en ce début d'avril, pour cueillir les fleurs de pissenlit en vue de fabriquer un délicieux faux-miel de pissenlit, en fait une gelée dite aussi cramailotte, a partir de cette fleur si mellifère. Il faut d'abord bien reconnaître la plante dite aussi Dent-de-lion du genre Taraxacum en latin. Il en existe de nombreuses espèces et sous espèces de ce fameux pissenlit dont on reconnait la fleur à sa tige creuse et à son gros capitule jaune or. Les fleurs des différentes espèces de Taraxacum feront l'affaire.

Naturellement, lors de vos cueillettes, vous privilègerez les jardins et prairies éloignés de la pollution et ne récolterez que les fleurs épanouies et saines.

Ce miel de pissenlit est délicieux sur du pain, de la brioche ou dans un yaourt nature. On peut aussi l'utiliser pour fabriquer un excellent pain d'épices.

Pour fabriquer cette cramaillotte il vous faut cueillir :

 

  • 2 mains jointes débordantes de fleurs de pissenlit - attention de laisser toujours dans le champs des pissenlit qui pourront grainer...
  • 1 l d'eau
  • 1 kg de sucre de canne ou de sucre roux
  • 1 citron non traité
  • 1 orange non traitée

Il faut d'abord débarrasser chaque fleur de toutes les parties vertes (bractées). Puis on place les fleurs, le citron et l'orange coupés en tranches dans une marmite avec un litre d'eau et portez à ébullition. On laisse bouillir 20 minutes et on fait refroidir.

On filtre ce jus doré à l'étamine. Pour cela on fixe l'étamine et la punaisant au quatre coins sur un tabouret renversé, et on met bien sûr un grand récipient en-dessous avant de verser le jus et les plantes dans l'étamine. On presse bien pour en exprimer le maximum de jus. Puis on pèse le jus obtenu et on ajoute le même poids de sucre.

Ensuite, on place la marmite le tout à nouveau sur le feu et on fait épaissir à tous petits frémissements pendant 1 heure environ, en remuant fréquemment. Il faut vérifiez la cuisson de la gelée de pissenlits en en versant une goutte sur une assiette froide et regardant si cela fait bien la nappe. Une fois que la cramailotte a la bonne consistance, il faut la mettre en pots à chaud.

Des heures de travail pour une gelée extraordinaire !
Des heures de travail pour une gelée extraordinaire !
Des heures de travail pour une gelée extraordinaire !
Des heures de travail pour une gelée extraordinaire !
Des heures de travail pour une gelée extraordinaire !
Des heures de travail pour une gelée extraordinaire !
Des heures de travail pour une gelée extraordinaire !

Des heures de travail pour une gelée extraordinaire !

Voir les commentaires

Programme des activités de septembre à fin décembre 2014

Publié le

 

 

 

 

 

Programme des activités de septembre à fin décembre 2014
Programme des activités de septembre à fin décembre 2014

Voir les commentaires

L'Oeil Vert a bonne presse

Publié le

Le "Vidourle Magazine" consacre, dans son numéro de novembre-décembre, une double page aux plantes sauvages que l'on peut déguster de l'automne au printemps. Un encart y est consacré aux sorties de découverte des plantes utiles et comestibles organisées par le CIVAM du Vidourle.

L'animatrice de l'association l'Oeil Vert, Françoise Lienhard, anime ces sorties ouvertes à tous. Deux sorties sont programmées au printemps, dont l'une sera suivie d'un atelier de cuisine des plantes récoltées.

Vous pouvez prendre contact dès à présent avec le CIVAM du Vidourle pour vous inscrire. Les places sont llimitées...

L'Oeil Vert a bonne presse
L'Oeil Vert a bonne presse

Voir les commentaires

Un automne parfait pour les salades sauvages

Publié le par Françoise

Une conjonction de quelques pluies abondantes et d'un automne doux a facilité une bonne poussée des plantes. C'est le cas, entre autre, des rosettes que l'on déguste en salade.
Ce samedi 26 octobre, nous étions en balade avec le CIVAM du Vidourle, sur la commune de Montpezat. Un circuit choisi avec soin nous a permis, malgré l'urbanisation galoppante qui touche ce village comme tant d'autres, et la disparition de friches propices à cette activité ancestrale qu'est la cueillette, de trouver une trentaine de plantes intéressante au niveau gustatif et au niveau nutritif.
Pour vous permettre de les chercher autour de chez vous, dans votre jardin ou dans les champs éloignés de sources de pollution, vous pouvez imprimer le livret ci-dessous.

Certaines de ces plantes poussent sur les talus sec, comme  le Terre-grèpe (Reichardia picroides), en bordure de haies comme l'asperge sauvage, dans les fossés, comme l'épilobe que l'on appelle doucette d'eau.

D'autres aiment les sols riches et souvent retournés. Mais une bonne friche, qui n'a pas été travaillée depuis des années, ou un jardin à l'abandon, vous offiront souvent un choix plus important de ces plantes comestibles. C'est le cas plus particulièrement pour les plantes vivaces.

Quoi qu'il en soit, ne mangez et ne faites jamais manger des plantes que vous n'aurez pas parfaitement identifiées. L'Oeil Vert, comme d'autres associations d'éducation à la Nature, organise régulièrement des sorties pour se familiariser avec les plantes comestibles. C'est une bonne occasion de savoir les connaître à coup sûr.

Une petite prochure à anoter et à emporter en balade dans le panier. Bonnes cueillettes

Voir les commentaires

Fougasse aux olives, fromage et fenouil sauvage

Publié le par françoise

Le fenouil sauvage fleurit à la fin de l'été et des graines se forment rapidement, qui ont un goût prononcé d'anis, très rafraîchissant. Il faut en faire une provision en septembre ou dans les premiers jours d'octobre, avant, en tous les cas, que la pluie les aient abîmé.

On coupe les tiges au sécateur, car elles sont coriaces, et on fait sécher la plante dans un endroit sec, la tête en bas. Puis on récolte les graines. On peut également utiliser les fleurs et les graines fraîches.

Il m'est venu, l'autre jour, l'idée d'en confectionner une fougasse, en recourant à quelques ingrédients supplémentaires : les olives du mazet et un peu de fromage (du gruyère râpé véritable, si possible, mais on peut aussi utiliser du fromage de chèvre).

Voici donc la recette.

Les ingrédients:

1kg de farine bise, biologique de préférence

21 grammes de levure de bière fraîche, en cube

6 dl d'eau (environ)

300 grammes d'olives vertes

100 grammes de fromage râpé ou de fromage de chèvre (pélardon) frais écrasé à la fourchette

1dl d'huile d'olive

3 creux de main de sel (= 2 cuillères à café)

1 bonne poignée de graines et fleurs de fenouil fraîches (ou une cuillère à soupe de graines séchées)

 

Préparez le levain en mélangeant bien la levure de bière, 1 dl d'eau et deux ou trois cuillerées de farine. couvrir de farine et laisser le levain se former durant une demi-heure.

Dépiauter les graines et fleurs de fenouil, râper le fromage et dénoyauter  300 grammes d'olives vertes.

Ajouter ces ingrédients au levain, ainsi qu'un décilitre d’huile d'olive. puis ajouter la farine progressivement, ainsi que l'eau jusqu'à obtenir une pâte élastique qui ne colle pas aux doigts.

Pétrir dix minutes puis faire lever et cuire comme le pain aux prunelles (voir la recette sur ce blog).

La fougasse se déguste devant le mazet, avec un verre de pastis ou de vin blanc (pas plus peuchère),... et des amis!

Fougasse aux olives, fromage et fenouil sauvage

Voir les commentaires

1 2 > >>