Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région

Publié le

Le 13 avril 2019, une vingtaine de personnes se sont retrouvées au pied du massif des Lens, à Moulézan, pour une journée consacrée à la présentation, sur le terrain, du rôle de couloir écologique que constitue le bois des Lens. 

Cette balade qui a permis de découvrir, malgré la sécheresse qui sévit ce printemps, de belles stations d'Iris nain et de narcisse d'Asso, espèces printanières typiques des garrigues, a aussi laissé entrevoir des batraciens et de nombreuses espèces de papillons dont la Proserpine, Zerynthia rumina, une espèce protégée typiquement méditerranéenne et que l'on ne trouve en France que dans quelques départements. Les participants ont aussi apprécié la beauté et la richesse des paysages, de la flore et de la faune.

Los de cette sortie, les membres de l'Oeil Vert et du Collectif d'associations pour la défense du bois des Lens ont présenté concrètement le dispositif de la Trame Verte et Bleue : les services de l'Etat ont clairement identifié le bois des Lens comme étant un "corridor écologique" offrant aux espèces des conditions favorables à leurs déplacements et  à l'accomplissement de leur cycle de vie. Ce rôle ainsi mis en évidence, est aussi reconnu dans le SCoT Sud Gard un document qui guide les politiques d'aménagement sur ce territoire.

Le bois des Lens, qui impose son relief marqué sur 9000 ha entre le Gardon et le Vidourle joue donc un rôle essentiel pour la vie et la circulation de nombreuses espèces faunistiques et floristiques. Des espèces protégées d'oiseaux, des rapaces en particulier, comme le Circaëte Jean-le-blanc ou le Busard cendré, ou le Hibou grand-duc, nichent dans le massif ; certains rapaces utilisent le massif comme territoire de chasse, comme l'Aigle de Bonelli, espèce menacée qui bénéficie d'un plan national d'action pour sa sauvegarde. D'autres oiseaux se déplacent au-dessus du massif en cours de migration. En outre, dix-huit espèces de chauves-souris ont aussi été répertoriées dans le bois des Lens : elles sont toutes sont protégées et plusieurs espèces sont particulièrement vulnérables, voire menacées. 

Mais un nouveau projet éolien envisagé par la commune de Moulézan menace cette continuité écologique et la survie de certaines espèces en particulier : le projet prévoit cinq aérogénérateurs de 150 mètres de hauteur qui seraient installés dans une zone où courent des ruisseaux en période humide, une zone particulièrement riche au niveau de la faune et de la flore, des grenouilles et des crapauds, des tritons palmés et autres espèces, protégées également y vivent.

En côtoyant le mât de mesure météorologique installé dans le cadre des études préalables du  projet éolien, les participants ont aussi pris la mesure de l'impact potentiel du projet éolien sur l'espace naturel encore très préservé que constitue le bois des Lens. Ce projet constituerait une véritable rupture dans la continuité écologique du massif des Lens, avec sans doute un impact bien au-delà de cette zone.

Cette sortie a été l'occasion de riches échanges sur l'avenir du bois des Lens et sur la place que nous laissons à la nature dans notre environnement.

 

Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région
Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région
Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région
Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région
Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région
Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région
Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région
Le bois des Lens et son importance dans le réseau des continuités écologiques en Région
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article