A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond

Publié le

Ce samedi 16 mars, pour la troisième des dix sorties organisées cette année par l’œil Vert à la découverte du bois des Lens, une bonne vingtaine d’adultes et enfants se sont glissés dans les pas de Saturnin Garimond (1914-1987) scientifique autodidacte fonsois. Pour l’occasion, l’association « les Amis de Saturnin Garimond » a ouvert les portes du musée, situé au-dessus de la mairie de Fons, qui abrite une partie de ses collections. Le président, Denis Peraldo, neveu de Saturnin, a décrit avec clarté quelques aspects des recherches scientifiques menées par son oncle, en particulier dans le domaine de la paléontologie. Il a aussi raconté des anecdotes sur les scientifiques et les amis avec lesquels Saturnin a peu a peu construit sa vie de chercheur.

 

Doté d’un œil auquel rien ne pouvait échapper, cherchant à donner du sens à chaque objet qu’il découvrait (fossiles divers, fragment de mâchoire d’un jeune Néandertalien, outils en pierre taillée et polie, pointes de flèches, monnaies, etc.), Saturnin Garimond a abordé dans ses recherches plusieurs domaines : de la paléontologie à l’archéologie en passant par la botanique. Le musée présente ces différents volets de son travail à travers un matériel scientifique fourni, et laisse entrevoir la méthode de travail de Saturnin grâce à des présentations de l’auteur, des croquis et des notes de sa plume.

 

Puis les participants à cette journée se sont rendus à pied jusqu’au Champ Garimond, sur la commune de Saint-Bauzély, où le jeune Saturnin, trouvant là un profil géologique très particulier, fit dès 1932 des découvertes paléontologiques majeures. Il a notamment dégagé divers ossements fossiles qu’il a d’emblée, et malgré la méfiance, voire l’incrédulité de certains universitaires, attribué à des dinosaures.

 

En 1965, le Laboratoire de paléontologie de l'Université de Montpellier a également engagé des fouilles sur ce site du Crétacé supérieur (70 à 75 millions d'années avant notre ère). Et un an plus tard, après avoir passé au tamis huit à dix mètres cubes de sédiments prélevés sur le site, Ledoux publiait dans la revue Comptes-rendus de l’Académie des Sciences, un article sur la découverte d’une dent mesurant un millimètre et demi, molaire inférieure attribuée à un mammifère primitif de petite taille, nommé en 1992 Labes Garilmondi, en hommage à Saturnin Garimond. Une seconde dent de la même espèce fut découverte sur le même site en 1981. Ces dents ont été pendant quelques temps les seuls restes de mammifères de cette période trouvés en Europe. Sur ce site mondialement connu par les paléontologues, Denis Peraldo a également su captiver le public présent à cette journée par une présentation pittoresque des recherches et du génie scientifique de Saturnin.

 

Après un repas partagé à l’ombre des chênes verts, près du Teulon, le public a terminé cette journée en mémoire de Saturnin Garimond par une courte balade à travers la garrigue pour rejoindre Fons.

 

 

Programme des balades « A la découverte du bois des Lens » et inscriptions auprès de l’association l’œil Vert -  loeilvert@free.fr ou par téléphone au 06 35 90 27 47

 

A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond
A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond
A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond
A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond
A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond
A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond
A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond
A la découverte du bois des Lens : sur les pas de Saturnin Garimond
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article