L'ascension du Grand Ranc : un saut dans la préhistoire

Publié le

Tout ceux qui passent près du village de Boucoiran ont remarqué la grande tour dont la construction remonte au XIIIème siècle et qui a servi durant plus d'un demi siècle à la fabrication de plombs de chasse.

Mais le passant ignore souvent l'histoire de cette localité. Une histoire qui remonte à fort loin puisque c’est aux âges du fer et du bronze qu'est né Boucoiran (dont l'étymologie rappelle que c'est un bois sur un rocher). Au cœur du Néolithique, des hommes se sont en effet établis sur les hauteurs à  l’oppidum du Grand-Ranc*, où l'on trouve encore quelques murs de pierre et où l'on peut admirer une grotte.

Boucoiran possède aussi des vestiges de son passé tourné vers l’agriculture dans une  plaine fertile et des coteaux exposés au Sud : le moulin à farine et à huile construit autour de 1775 par la famille de meuniers Bouet. Egalement classé aux monuments historiques. 

L'Oeil Vert proposait le 20 janvier 2018, dans le cadre d'un cycle de balade destinées à mieux faire connaître le bois des Lens, de grimper jusqu'au Grand Ranc d'où l'oeil plonge sur la plaine du Gardon. La descente - beaucoup plus rapide ! - nous a conduit au Mas de l'Eglise où l'on a pu admirer un chêne remarquable par sa taille et qui a du voir se tourner bien des pages de l'histoire de ce lieu.

 

* Précisions : Oppidum protohistorique du Grand Ranc (cad. A 453) : inscription par arrêté du 26 janvier 1990 / Type : Monuments historiques / Epoque : Protohistoire

Montage photo réalisé par Jean-Paul Emery

Montage photo réalisé par Jean-Paul Emery

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article