Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Audrey découvre la garrigue avec les lutins et l'Oeil Vert

Publié le par Audrey C.

Cette aventure a débuté grâce à la « bourse aux permis » de conduire de la Communauté de communes Leins-Gardonnenque. Pour obtenir cette bourse, il me fallait réaliser une participation de trente-six heures dans l'association de mon choix.

En consultant un dépliant répertoriant toute les associations des alentours j'ai trouvé « l’Œil Vert, découverte de l'environnement de la culture et du patrimoine » Parfait ! Moi qui passe déjà mon temps libre, écouteurs aux oreilles, à flâner au gré des Fontaines…

De plus, je pourrai peut être mettre un nom sur tout ce qui constitue la garrigue que j'aime tant et donner le goût de ce passe-temps à d'autres. Tout cela me paraissant enrichissant et collant à ma personnalité, j'ai tout de suite contacté Françoise Lienhard, qui m’a proposé d’accompagner à ses cotés des groupes d'enfants durant les sorties éducatives.

Aussi loin que je me souvienne, les ballades en garrigue n'ont été pour moi, que source de joie, d'amusement et de plénitude. Tout d'abord nous y allions guidés par ma mère, qui nous emmenaient cueillir des châtaignes : nos efforts étaient alors récompensés par de bonnes confitures, soupes et gâteaux. Nous aimions aussi la recherche des champignons (à qui en rapportera le plus) que maman cuisinait avec amour.

Plus tard le coté aventurier de la Garrigue nous attira, ce fût l'exploration et la découverte de tous ses insectes volants, têtards et autres petites bêtes qui nous fascina. Nous étions sensibles à son coté vaste, l'impression d'avoir notre petit coin de paradis, les ballades en vélo, les baignades, rester couché dans ses clairières à imaginer ce que seraient nos vies ou à nous créer un nouveau monde.

À la lueur de l'adolescence, Garrigue laissa place aux soirées entre amis, entre nous, au coin du feu, nous y préparions nos repas ou nous laissions guider par le son de la guitare au coucher du soleil. Un monde magique et à part.

Aujourd’hui, c’est son « honnêteté » qui m'inspire, mon endroit, celui qui me permet de faire le vide dans un monde stressant et bien trop rapide. Sa pureté m'apaise. C'est en cela que je lui accorde le plus grand des respects et souhaite à présent lui rendre hommage.

Mon rôle d'accompagnatrice au sein de « l’Œil Vert » a été un nouveau chapitre de mon histoire avec la garrigue.

J'ai pu découvrir le bois des Lens qui m'était jusqu'à lors inconnu, voir sa beauté, une partie de ce qu'il renferme et entrevoir toute sa complexité.

Au fils de nos sorties, j'ai pu mettre un nom sur de nombreux arbres : les pins, les cyprès, le genévrier cade…

Le pistachier térébinthe, dont un insecte parasite amène ses feuilles à subir une mutation : la formation d'une galle en forme de corne, corne permettant de contenir ses œufs, puis ses larves qui s’y retrouvent protégés et nourris, une réelle maternité naturelle.

J'ai également découvert que le bois des Lens abrite de nombreuses plantes et fruits comestibles que j'ai appris à reconnaître : Les asperges sauvages, le thym, les chichourles qui faisaient un bon goûter …

Les arbouses, provenant de l'arbousier, arbre aussi connu sous le nom d'arbre à fraises, dont les fruits et l’écorce en décoction sont efficaces contre la diarrhée alors que crus et mangés en trop grande quantité peuvent déclencher coliques ou vomissements. Encore un bel exemple de la complexité de mère nature !!!

J’ai pu reconnaître certains buissons : le ciste cotonneux par exemple ou encore le chêne kermès, qui m’a picoté lors de ma cueillette de thym, inexistant dans certaines régions de France mais très courant dans nos garrigues.

Le bois des Lens héberge également des plantes toxiques, comme le laurier tin, à ne pas confondre avec le laurier utilisé dans nos cuisines. Il possède des baies bleues noires foncées dont les oiseaux raffolent.

On trouve aussi la Salsepareille (Smilax aspera), bien connue des schtroumfs. Ses baies rouges à l'air si appétissant, ne sont pas comestibles . Cependant, elles servent de nourriture à certains oiseaux et insectes ; ses lianes, trop solides pour être rompues, contribuent à rendre la garrigue difficilement pénétrable.

Je tiens également à souligner l'enthousiasme des enfants qui participent à nos balades, leur intérêt pour tout ce qui les entoure, et leur intelligence. J'ai également beaucoup appris d'eux, certains sont déjà des puits de connaissance, mais surtout j'ai été touchée par leur joie de partager leur samedi avec nous.

Près d'eux j'ai réussi l'impossible : un retour en arrière...

J'ai adoré imaginer tous ces animaux de pommes de pin : la girafe, le cochon à deux têtes, etc… Faire la cueillette de thym pour la cuisine de grand mère, les voir rire à la découverte des gratte-culs, les voir se transformer en busard cendré à la chasse aux mulots.

J'ai pu voir leur imagination prendre le dessus à l'heure du pique-nique, les transformer en architectes à la création de cabanes diverses.

Mon jeu à moi, c’était de me retrouver plongée dans le guide des champignons, en essayant de trouver quelles espèces je détenais.

On a également pu voir la course des « loups verts » et des bleus à la recherche des présents destinés à la « Reine des Glaces » et obtenir le précieux trésor. Noël se rapprochant nous nous sommes baladé affublés de bonnets rouges afin d'être repérés des chasseurs. J'ai adoré participer à cela et peut être montrer aux enfants, qu'il suffit parfois d'un bol d'air et d'une bonne dose d'imagination pour bien rigoler.

Pour finir, je souhaiterais remercier Françoise et Rémi pour m'avoir permis de participer à tout ceci, les remercier pour tout ce qu'ils m'ont appris, ainsi que pour l'enthousiasme qu'ils mettent à partager leur savoir et leur amour de la nature.

J'ai véritablement envie que mon fils et ses enfants, par la suite, aient la chance de pouvoir profiter de la beauté de ces espaces sauvages. Nous, tous, devons faire l'effort de soutenir le développement durable et de nous battre pour la sauvegarde de notre patrimoine.

Enfin j’espère encore avoir l'occasion de parcourir à vos cotés le bois des Lens afin d’en savoir toujours plus sur tout ce qu'il abrite.

Audrey C

 Audrey découvre la garrigue avec les lutins et l'Oeil Vert
 Audrey découvre la garrigue avec les lutins et l'Oeil Vert
 Audrey découvre la garrigue avec les lutins et l'Oeil Vert
 Audrey découvre la garrigue avec les lutins et l'Oeil Vert
 Audrey découvre la garrigue avec les lutins et l'Oeil Vert

Commenter cet article